Résumé : Estimations de l'incidence de la prévalence, et de la proportion non diagnostiquée au VIH au Canada, 2014

Télécharger le rapport complet
(Format PDF, 1,01 MO, 11 pages)

Organisation : Agence de la Santé Publique du Canada

Type : Rapport

Date publiée : 2015-11-27

Sujets connexes

Contexte

L'Agence de la santé publique du Canada (l'Agence) publie chaque année des rapports nationaux de surveillance sur le VIH et le sida. Ces rapports de surveillance du VIH et du sida reflètent les renseignements sur les personnes qui ont subi un test de dépistage et qui ont reçu un diagnostic. Les données ne comprennent pas les personnes qui sont infectées, mais qui n'ont subi aucun test de dépistage. La modélisation et d'autres sources d'information sont donc nécessaires au calcul des nombres estimés qui décrivent l'épidémie chez tous les Canadiens vivant avec le VIH, tant ceux qui ont reçu un diagnostic que ceux qui n'en ont reçu aucun. Il s'agit d'une activité entrepris globalement en vue de surveiller les épidémies de VIH à l'échelle nationale et à l'échelle mondiale, ainsi que d'orienter les programmes de prévention et de contrôle.

L'Agence produit trois types d'estimations dans le cadre de son mandat de surveillance des tendances en matière de VIH au Canada :

  • Incidence : le nombre de nouvelles infections au VIH dans une année.
  • Prévalence : Le nombre de personnes vivant avec le VIH (y compris le sida) à un moment précis.
  • Proportion non diagnostiquée : La proportion de personnes vivant avec le VIH n'ayant reçu aucun diagnostic et, par conséquent, qui ne sont pas au courant de leur séropositivité pour le VIH.

La compréhension de l'incidence du VIH, le taux de nouvelles infections au Canada, est essentielle pour surveiller les développements de pointe en regard de l'épidémie, la planification des programmes de prévention du VIH et l'évaluation de l'impact de ceux qui sont en place. L'estimation de la prévalence du VIH est primordiale lorsque vient le temps de planifier et d'affecter les ressources aux soins et aux traitements des personnes vivant avec le VIH et le sida et en sont touchées. L'estimation du nombre et de la proportion de personnes infectées par le VIH qui n'ont reçu aucun diagnostic est importante pour contribuer à augmenter le diagnostic précoce, qui offre des bienfaits aux personnes infectées par le VIH (les soins précoces et les traitements appropriés pouvant prolonger et améliorer la qualité de vie) ainsi qu'à l'ensemble de la population (car les personnes conscientes de leur séropositivité pour le VIH sont plus susceptibles d'adopter des stratégies visant à réduire le risque de retransmission du virus). Ces estimations orientent le travail de l'Agence et d'autres ministères fédéraux qui, dans le cadre de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada, collaborent en vue de lutter contre le VIH et le sida au Canada.

Depuis 1996, l'Agence produit tous les trois ans des estimations nationales de la prévalence et de l'incidence du VIH au Canada. Les estimations publiées dans le présent rapport remplacent toutes les estimations précédentes publiées par l'Agence au sujet de la prévalence et de l'incidence du VIH ainsi que de la proportion de cas non diagnostiqués au Canada. Dans le présent résumé, les estimations des années précédentes ont été révisées en raison des données mises à jour et de nouveaux renseignements disponibles, qui permettent de réaliser une meilleure analyse de l'épidémie et d'obtenir des estimations historiques plus fiables.

Estimation du nombre de nouvelles infections au VIH en 2014

La transmission continue du VIH demeure une préoccupation au Canada. L'Agence estime que 2 570 nouvelles infections (variation : de 1 940 à 3 200) se sont produites au Canada en 2014. Cette estimation est légèrement inférieure à celle de l'année 2011 (2 800; variation : de 2 100 à 3 500) (tableau 1, figure 1). En 2014, le taux d'incidence estimatif au Canada était de 7,2 pour 100 000 habitants (variation : de 5,5 à 9,0 pour 100 000 habitants).

En ce qui a trait à la catégorie d'exposition (définie à l'annexe 1), voici les estimations pour l'année 2014 (tableau 1, figure 2) :

  • Il y a eu environ 1 396 nouvelles infections en 2014 attribuées à la catégorie d'exposition d'hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH), ce qui représente 54,3 % de toutes les nouvelles infections. Cette estimation est comparable à celle de 1 416 nouvelles infections en 2011.
  • L'estimation de 270 nouvelles infections en 2014 attribuées à la catégorie d'exposition par utilisation de drogues injectables (UDI) était considérablement plus faible que celle de l'année 2011, qui s'élevait à 384.
  • De même, le nombre de nouvelles infections attribuées aux catégories d'exposition par contact hétérosexuel (régions non endémiques et endémiques) était légèrement moins élevé en 2014 (839), par rapport à 2011 (927).

Les personnes provenant de pays où le VIH est endémique continuent à être surreprésentées dans l'épidémie de VIH au Canada. On estime que 358 nouvelles infections étaient attribuées à la catégorie d'exposition par contact hétérosexuel-endémiquesNote de bas de pagea en 2014 (tableau 1). Cette catégorie représentait 13,9 % des nouvelles infections au Canada en 2014, alors que les personnes nées dans des pays où le VIH est endémique représentaient environ 2,5 % de l'ensemble de la population canadienne d'après le recensement de 2011. Le taux d'incidence du VIH dans cette population était de 40,3 pour 100 000 habitants en 2014, ce qui est 6,3 fois plus élevé que le taux chez les autres Canadiens (6,4 pour 100 000 habitants).

Les Autochtones continuent aussi à être surreprésentés dans l'épidémie de VIH au Canada. On estime que  278 nouvelles infections au VIH se sont produites chez des Autochtones (tableau 1), ce qui correspond à 10,8 % de toutes les nouvelles infections en 2014. En revanche, les Autochtones représentent 4,3 % de l'ensemble de la population canadienne (d'après le recensement de 2011). L'estimation de 2014 est légèrement inférieure à celle de l'année 2011, qui correspondait à 349 nouvelles infections et à 12,5 % de toutes les nouvelles infections. Le taux d'incidence du VIH chez les Autochtones était 18,2 pour 100 000 habitants en 2014, ce qui est 2,7 fois plus élevé que celui de la population canadienne non autochtone (6,7 cas pour 100 000 habitants) en 2014. En ce qui a trait à la catégorie d'exposition, près de la moitié (45,3%) des nouvelles infections ont été attribués à la catégorie UDI, suivie par les catégories contact hétérosexuel (40,3%), HARSAH (10,4%) et HARSAH-UDI (4,0%).

Le nombre de nouvelles infections au VIH chez les femmes au Canada en 2014 est estimé à 595 (variation : de 440 à 750) (tableau 1). Cette estimation représente 23,2 % de toutes les nouvelles infections en 2014, ce qui est comparable à la proportion estimative pour l'année 2011. La majorité (79,2%) ont acquis leur infection par contact hétérosexuel; 20,8% ont acquis leur infection par l'exposition UDI.

Estimation du nombre de personnes vivant avec le VIH à la fin de l'année 2014

L'Agence estime qu'environ 75 500 (variation: de 63 400 à 87 600) personnes vivaient avec le VIH (y compris le sida) à la fin de l'année 2014. Ce chiffre représente une augmentation de 9,7 % par rapport à l'estimation de 68 800 (variation : de 57 600 à 80 000) à la fin de l'année 2011 (tableau 2, figure 3). Le taux de prévalence estimatif au Canada à la fin de l'année 2014 était de 212 pour 100 000 habitants (variation : de 178 à 246 pour 100 000 habitants).

Parmi le nombre estimatif de 75 500 personnes vivant avec le VIH à la fin de l'année 2014 :

  • Près de la moitié (49,3 %) ont contracté l'infection par l'exposition HARSAH. Les trois autres catégories d'exposition prédominantes(UDI, contacts hétérosexuels/régions non endémiques et contacts hétérosexuels/régions endémiques) représentaient des proportions semblables au reste de la population des personnes vivant avec le VIH à la fin de l'année 2014.
  • Un peu moins d'un individu sur dix (9,1 %) était un Autochtone. L'estimation de 6 850 Autochtones vivant avec le VIH à la fin de l'année 2014 représente une hausse de 12,1 % par rapport à l'estimation de 6 110 en 2011. Selon l'estimation, le taux de prévalence du VIH chez les Autochtones au Canada en 2014 était de 448 pour 100 000 habitants (variation : de 360 à 537 pour 100 000 habitants).
  • Environ une personne sur cinq qui vivait avec le VIH à la fin de l'année 2014 était une femme. L'estimation de 16 880 femmes vivant avec le VIH (y compris le sida) représente 22,4 % du total national. Cette proportion est semblable à celle observée en 2011.

Infections au VIH non diagnostiquées au Canada

Les infections au VIH non diagnostiquées représentent la différence entre (1), soit le nombre total de personnes vivant avec infection au VIH (diagnostiquée et non diagnostiquée) et (2), soit le nombre total de personnes vivant avec une infection au VIH diagnostiquée.

L'Agence estime que 16 020 (variation : de 13 000 à 19 000) personnes vivaient avec le VIH  non diagnostiqué au Canada à la fin de l'année 2014, ce qui représente 21 % de toutes les personnes vivant avec le VIH au Canada à ce moment-là.

Cette estimation a été obtenue de la manière suivante :

  • Un nombre total de 80 469 résultats positifs au test du VIH ont été déclarés à l'Agence entre l'instauration des tests en novembre 1985 et le 31 décembre 2014. Après la correction apportée en raison de la sous-déclaration, des retards de déclaration et des doubles, le nombre total cumulatif estimé est de 85 880 personnes ayant reçu un diagnostic de VIH ou de sida au Canada à la fin de 2014.
  • Parmi celles-ci, nous avons aussi estimé qu'environ 26 400 personnes infectées par le VIH étaient décédées avant la fin de l'année 2014.
  • Par conséquent, à la fin de l'année 2014, on estime qu’il y avait environ 59 480 (c'est-à-dire 85 880 moins 26 400) Canadiens vivant avec une infection au VIH diagnostiquée et étaient donc au courant de leur état séropositif pour le VIH.
  • Étant donné que l'on estimait à 75 500 le nombre de personnes vivant avec le VIH au Canada en 2014, cela signifie que 16 020 (75 500 moins 59 480) personnes n'étaient pas au courant de leur infection au VIH.

Il est important de souligner que, durant le processus d'estimations pour l'année 2014, nous avons utilisé les données mises à jour provenant d'années antérieures ainsi que des méthodes révisées afin d'apporter des corrections en raison de la sous-déclaration, des retards de déclaration et des doubles. L'application rétrospective des mêmes méthodes a produit une proportion semblable de cas non diagnostiqués pour l'année 2011 (environ 21 %). Notre méthode et les limites des données ne nous permettent pas de détecter quelque différence que ce soit entre les estimations de 2011 et de 2014, et ce, même si une diminution s'est peut-être produite en raison du fait que nombre de provinces et de territoires ont mis en place des programmes visant à augmenter l'accès au dépistage du VIH. Il s'agit là d'un domaine particulièrement important pour lequel de meilleures données pourraient aider à améliorer les estimations.

La proportion estimée de personnes vivant avec le VIH qui n'ont reçu aucun diagnostic (et qui, par conséquent, ignorent leur séropositivité pour le VIH) varie selon les catégories d'exposition :

  • Parmi les personnes dont l'infection au VIH a été contractée par la catégorie d'exposition HARSAH, environ 18 % ignoraient qu'elles étaient infectées.
  • Parmi les personnes dont l'infection au VIH a été contractée par la catégorie d'exposition UDI, environ 20 % ignoraient qu'elles étaient infectées.
  • Parmi les personnes dont l'infection au VIH a été contractée par la catégorie d'exposition relations hétérosexuelles (régions endémiques et non endémiques combinées), environ 28 % ignoraient qu'elles étaient séropositives.

Conclusion

Les estimations de 2014, qui fournissent un nouvel aperçu des tendances de l'évolution du VIH au Canada, tiennent compte d'une part essentielle des données probantes utilisées dans le suivi de l'épidémie au Canada et servent à éclairer l'orientation des programmes de prévention et de soins.

Étant donné que les nouveaux traitements de l'infection au VIH ont fait diminuer la mortalité liée au VIH, et puisque les nouvelles infections continuent à survenir à un taux supérieur au nombre de décès liés au VIH, le nombre total de Canadiens vivant avec une infection au VIH continuera vraisemblablement à augmenter dans les prochaines années. Cela fera en sorte d'augmenter la demande en soins et en traitements offerts aux personnes vivant avec le VIH et touchées par ce virus.

Lorsqu'on examine la tendance depuis 2005, il semblerait que l'incidence du VIH au Canada connaisse un recul; toutefois, en raison des importantes étendues de l'incertitude liée aux estimations ponctuelles, il est difficile de déterminer si l'on est en présence d'un déclin réel. Des années de données supplémentaires seront nécessaires pour déterminer si le recul de l'incidence du VIH est bien réel ou s'il est attribuable à la variabilité des données.

De même, il semblerait qu'on assiste à une tendance à la baisse des nouvelles infections attribuées aux catégories d'exposition UDI et relations hétérosexuelles. En revanche, il n'y a aucun recul observable de l'incidence du VIH attribuée dans la catégorie d'exposition HARSAH.

Les Autochtones et les personnes originaires de pays où le VIH est endémique continuent à être surreprésentés dans l'épidémie de VIH au Canada, ce qui fait ressortir la nécessité d'adopter des mesures spécifiques pour traiter des aspects uniques de certaines populations et collectivités.

À la fin de l'année 2014, environ 21 % des 75 500 personnes vivant avec le VIH au Canada ignoraient qu'elles étaient infectées. N'étant pas prises en charge par les systèmes de santé et de surveillance des maladies, ces personnes ne peuvent tirer parti des services appropriés de prévention, de soins et de traitement avant de subir un dépistage et de recevoir un diagnostic.

Tableau 1. Incidence du VIH : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH et étendues de l'incertitude associées au Canada à la fin de 2011 et de 2014, par catégorie d'exposition, sexe et ethnicité/origine
Catégorie 2014 2011
Estimation ponctuelle ÉtendueNote de bas de tableau 1* % Estimation ponctuelle Étendue Note de bas de tableau 1* %
Catégorie d'exposition au VIH            
HARSAH 1 396 990-1 800 54,3% 1 416 1 030-1 800 50,6%
HARSAH/UDI 65 40-90 2,5% 73 50-100 2,6%
UDI 270 180-360 10,5% 384 270-500 13,7%
Hétérosexuels/
région non endémique
481 330-630 18,7% 531 380-680 19,0%
Hétérosexuels
région endémique
358 250-470 13,9% 396 280-510 14,1%
Autres <20     <20    
Sexe            
Femme 595 440-750 23,2% 663 480-850 23,7%
Hommes 1 975 1 550-2 400 76,8% 2 137 1 670-2 600 76,3%
Ethnicité/origine            
Autochtones 278 200-360 10,8% 349 250-450 12,5%
Non-Autochtones 2292 1 700-2 900 89,2% 2 451 1 900-3 000 87,5%
Total 2 570 1 940-3 200 100% 2 800 2 100-3 500 100%
Tableau 2. Prévalence du VIH : Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH et étendues de l'incertitude associée au Canada à la fin de 2011 et de 2014 par catégorie d'exposition, sexe et ethnicité/origine.
Catégorie 2014 2011
Estimation ponctuelle ÉtendueNote de bas de tableau 2* % Estimation ponctuelle ÉtendueNote de bas de tableau 2* %
Catégorie d'exposition au VIH            
HARSAH 37 230 31 000-43 500 49,3% 33 685 27 900-39 500 49,0%
HARSAH-UDI 2 400 1 800-3 000 3,2% 2 240 1 700-2 800 3,3%
UDI 11 560 9 500-13 600 15,3% 10 955 9 100-12 800 15,9%
Hétérosexuels/
région non endémique
12 340 10 000-14 600 16,3% 11 090 9 200-13 000 16,1%
Hétérosexuels/
région endémique
11 360 9 300-13 400 15,0% 10 185 8 400-12 000 14,8%
Autres 610 400-800 0,8% 645 400-900 0,9%
Sexe            
Femme 16 880 13 800-20 000 22,4% 15 240 12 500-18 000 22,2%
Hommes 58 620 48 200-69 000 77,6% 53 560 44 100-63 000 77,8%
Ethnicité/ origine            
Autochtones 6 850 5 500-8 200 9,1% 6 110 5 000-7 200 8,9%
Non-Autochtones 68 650 57 000-80 300 90,9% 62 690 52 100-73 300 91,1%
Total 75 500 63 400-87 600 100% 68 800 57 600-80 000 100%

Figure 1. Incidence du VIH : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines années (y compris l'étendue de l'incertitude des estimations ponctuelles).

Figure 1
Description de la figure 1

Incidence du VIH : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines années (y compris l'étendue de l'incertitude des estimations ponctuelles). Ce graphique montre les estimations ponctuelles des nouvelles infections au VIH pour certaines années avec l'étendue de l'incertitude des estimations ponctuelles. L'axe vertical indique le nombre estimé de nouvelles infections au VIH par année, avec les estimations faibles et élevées. L'axe horizontal indique les années sélectionnés pour lesquels ces estimations sont disponibles.

Figure 1. Incidence du VIH : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines années (y compris l'étendue de l'incertitude des estimations ponctuelles).
Année Estimation faible Estimation ponctuelle Estimation élevée
1975 1 1 10
1976 5 7 20
1977 30 40 60
1978 100 131 200
1979 300 362 500
1980 800 987 1100
1981 1810 2263 2716
1982 3212 4015 4818
1983 4258 5322 6386
1984 4357 5446 6535
1985 3865 4831 5797
1986 3334 4167 5000
1987 2925 3656 4387
1988 2623 3279 3935
1989 2386 2982 3578
1990 2208 2760 3312
1993 1967 2459 2951
1996 1937 2421 2905
1999 2110 2638 3166
2002 2633 3291 3949
2005 2753 3441 4129
2008 2520 3150 3780
2011 2100 2800 3500
2014 1940 2570 3200

Figure 2. Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines périodes et années, par catégorie d'exposition (étendue de l'incertitude omise; pour chaque période, les estimations annuelles moyennes sont indiquées).

Figure 2
Description de la figure 2

Ce graphique montre le nombre estimé de nouvelles infections au VIH par catégorie d'exposition au cours de certaines périodes et années. Dans ce graphique, les étendues d'incertitude sont omis. Pour les périodes de temps, des estimations moyennes annuelles sont présentés. L'axe vertical indique l'estimation ponctuelle pour le nombre de nouvelles infections au VIH. L'axe horizontal indique la période de temps ou années pour lesquelles ces estimations sont disponibles.

Figure 2. Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines périodes et années, par catégorie d'exposition (étendue de l'incertitude omise; pour chaque période, les estimations annuelles moyennes sont indiquées).
Période HARSAH UDI Hétérosexuels/Région non-endémique Hétérosexuels/Région endémique
1981-83 3171 97 46 46
1984-86 3563 385 120 106
1987-90 1585 729 222 222
1996 968 799 278 230
1999 976 739 501 264
2002 1316 790 625 395
2005 1558 559 678 554
2008 1389 532 633 510
2011 1416 384 531 396
2014 1396 270 481 358

Figure 3. Prévalence du VIH : Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH au Canada par année.

Figure 3
Description de la figure 3

Ce graphique indique le nombre estimé de personnes vivant avec le VIH par année. L'axe vertical représente des estimations ponctuelles pour le nombre de personnes vivant avec le VIH, ainsi que l'estimation faible et l'estimation élevée. L'axe horizontal indique les années.

Figure 3. Prévalence du VIH : Nombre estimé de personnes vivant avec le VIH au Canada par année.
Année Estimation faible Estimation ponctuelle Estimation élevée
1975 0 1 2
1976 7 8 9
1977 40 48 56
1978 147 175 203
1979 428 510 592
1980 833 992 1151
1981 2696 3210 3724
1982 5279 6284 7289
1983 8268 9843 11418
1984 11697 13925 16153
1985 14658 17450 20242
1986 17170 20440 23710
1987 19110 22750 26390
1988 21479 25570 29661
1989 23519 27999 32479
1990 25203 30003 34803
1991 26573 31634 36695
1992 27639 32904 38169
1993 28444 33862 39280
1994 29001 34525 40049
1995 29467 35080 40693
1996 29793 35468 41143
1997 30563 36385 42207
1998 31764 37814 43864
1999 33210 39536 45862
2000 34840 41476 48112
2001 36525 43482 50439
2002 38517 45853 53189
2003 40730 48488 56246
2004 43005 51197 59389
2005 45340 53976 62612
2006 47594 56659 65724
2007 49855 59351 68847
2008 52044 61957 71870
2009 54136 64448 74760
2010 56034 66707 77380
2011 57770 68800 79790
2012 59985 71411 82837
2013 61731 73489 85247
2014 63400 75500 87600

Annexe 1 : Les catégories d'exposition au VIH utilisées pour la surveillance des cas de VIH ainsi que l'estimation de l'incidence, de la prévalence et de la proportion non diagnostiqués au VIH

Classification des catégories d'exposition Type d'exposition
Hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH) Pendant les relations sexuelles entre hommes
Utilisation de drogues injectables (UDI) Pendant l'utilisation de drogues injectables
HARSAH/UDI Pendant les contacts sexuels entre hommes et/ou l'utilisation de drogues injectables – pour les personnes ayant rapporté les deux catégories d'exposition
Hétérosexuels/région endémique Exposition pendant les relations hétérosexuelles, et naissance dans un pays où le VIH est endémiqueNote de bas de page *
Hétérosexuels/région non endémique Exposition pendant les contacts hétérosexuels, et naissance au Canada ou dans un pays qui ne figure pas sur la liste de ceux où le VIH est endémique
Autres expositions Exposition attribuée à une transfusion de sang ou à l'administration de facteurs de coagulation, exposition périnatale ou exposition professionnelle